Compteur Linky : vers une limitation de la consommation cet hiver ?

Date:

Le gouvernement français prépare un projet de décret visant à expérimenter une limitation temporaire de la consommation d’électricité pour des milliers de clients résidentiels cet hiver. Ce dispositif permettrait d’éviter les coupures programmées en cas de tension extrême sur le réseau électrique, selon le Ministère de la Transition Écologique.

Des conditions meilleures que l’hiver dernier

Nous abordons l’hiver dans de bien meilleures conditions que l’année dernière, avec un niveau de tension plus bas sur le système électrique qu’à la même période, grâce à une consommation moindre et une capacité de production nucléaire accrue, souligne le ministère. Toutefois, le gouvernement souhaite déterminer s’il est techniquement possible de mettre en place un nouvel outil pour garantir la sécurité du réseau électrique en cas de tension extrême, afin d’éviter les coupures programmées, ces redoutés délestages durant l’hiver 2022.

Éviter des pannes généralisées

Contacté par l’AFP, Enedis, qui distribue l’électricité aux ménages, explique qu’il a été sollicité par les pouvoirs publics pour travailler sur une nouvelle mesure de sauvegarde visant à envisager la sécurisation du réseau électrique à moyen/long terme et à atténuer le risque de coupures temporaires d’électricité qui demeurent comme ultime mesure pour éviter une panne généralisée.

Le gouvernement craint en effet qu’un scénario similaire ne se reproduise cette année et envisage donc de réduire la puissance électrique de certains foyers, le cas échéant, afin d’alléger la pression sur le réseau. Le projet prévoit notamment un test grandeur nature limitant la consommation d’électricité auprès de 200 000 ménages français équipés d’un compteur Linky pour une durée maximale de quatre heures. Durant ce test, ces 200 000 foyers devront ainsi s’accommoder d’un seuil minimal de puissance permettant le fonctionnement des appareils basse-consommation.

Les points débattus lors des réunions

Afin d’éviter les controverses autour de cette question sensible, il est essentiel de bien communiquer sur le mécanisme mis en place.

Bien qu’il puisse générer des polémiques, le dispositif reste nécessaire selon la porte-parole du Ministère de la Transition Énergétique. Une autre source proche du dossier défend également cet outil, soulignant qu’il n’existe aucun risque zéro de déficit d’électricité.

Il est important de préciser que les patients identifiés comme étant des cas vitaux à haut risque ne seront pas inclus dans cette phase d’expérimentation, comme indiqué dans le projet de décret. Les critiques à l’égard du gouvernement pour son manque de préparation l’hiver dernier semblent avoir porté leurs fruits : les représentants de l’Union Française de l’Électricité (UFE) estiment que le gouvernement s’organise désormais mieux.

Les associations professionnelles de fournisseurs alternatifs d’électricité et de gaz, qui étaient initialement réticentes, expriment désormais leur soutien à cette mesure en principe tout en demandant des garanties concernant la manière dont elle sera mise en œuvre.

Prochaines étapes du projet

Le Ministère de la Transition Énergétique a annoncé vendredi son intention de mettre en place un projet de limitation temporaire de l’électricité, afin de tester le seuil de consommation et d’éviter les coupures de courant en cas de demande élevée. Cette expérience vise à prévenir les pannes durant l’hiver. Le ministre de la Transition écologique indique que l’objectif de ce projet est de réaliser des tests techniques sur le système électrique afin d’améliorer ses performances.

En d’autres termes, le gouvernement souhaite déterminer s’il est techniquement possible de mettre en place un nouvel outil pour garantir la sécurité du réseau électrique en cas de tension extrême, afin d’éviter les coupures programmées, explique-t-il à l’AFP. Notre responsabilité, ajoute-t-il, est… d’améliorer la résilience du système en expérimentant divers outils et en testant leur efficacité.

Les 200 000 foyers concernés devront s’accommoder d’un seuil minimal de puissance permettant le fonctionnement des appareils basse-consommation pendant une durée maximale de quatre heures.

Le Ministère de l’Énergie assure toutefois que le système électrique français est toujours performant. Cependant, cette limitation ne sera mise en œuvre que si toutes les mesures testées s’avèrent inefficaces. Enedis, qui est chargé de la distribution d’électricité pour les particuliers, précise également que ce projet sera discuté lors de la prochaine réunion du Haut Conseil de l’Énergie le 26 octobre, en vue de la publication d’un texte réglementaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

A lire aussi

Vin rouge ou blanc : lequel est le meilleur pour la santé ?

Selon un diététicien agréé et porte-parole de l'Académie américaine de Nutrition et Diététique, les vins blancs secs sont...